Théâtre des Quartiers d’Ivry

road_vous_etes_ici
Accueil > Le Théâtre > Histoire > Antoine Vitez
A- A+

ANTOINE VITEZ

De 1972 à 1981

Acteur, traducteur, metteur en scène

En 1971, Antoine Vitez soumet à Jacques Laloé, maire d’Ivry sur Seine et à Fernand Leriche, adjoint aux affaires culturelles, un projet de création théâtrale.
«Je désirais planter un petit arbre de théâtre quelque part. Je proposais seulement une activité de création, sans animation en échange. L’animation de théâtre, c’est le théâtre lui-même.»

En 1972, il fonde le Théâtre des Quartiers d’Ivry
, qui se propose d’investir des lieux non théâtraux dans les quartiers et de faire « théâtre de tout ».


Les « années Ivry » d’Antoine Vitez sont celles d’une riche activité théâtrale. Il monte les auteurs contemporains et aussi les grands textes classiques – en défendant l’idée qu’on doit les traiter comme des «galions engloutis», comme des œuvres éloignées, archaïques, mythologiques. Les mettre en scène, c’est mettre en scène les fêlures du temps, en refusant toute tentative d’actualisation.

Il crée à Ivry des spectacles mémorables : Faust de Goethe, Mère Courage de Brecht, Vendredi ou la vie sauvage (d’après le roman de Michel Tournier), m = M de Xavier Pommeret, Le pique-nique de Claretta de René Kalisky, Phèdre de Racine, Catherine (d’après Les cloches de Bâle d’Aragon), La ballade de Mister Punch d’Eloi Recoing,  Iphigénie Hôtel de Michel Vinaver, Grisélidis de Perrault, Les Burgraves de Hugo,
La tétralogie de Molière (L’école des femmes, Le Tartuffe, Dom Juan, Le Misanthrope),
La rencontre de Georges Pompidou avec Mao Zedong.

Il fait aussi du Studio d’Ivry (une petite salle rue Ledru Rollin) un espace qu’il partage avec de jeunes créateurs. C’est là que sont nés les Deschiens, les premiers spectacles de Stuart Seide : Dommage qu’elle soit une putain de Ford, Le Deuil sied à Electre d’O’Neill ou de Brigitte Jaques : Le Baladin du monde occidental de Synge.

Il accorde une grande importance à l’enseignement, persuadé que « c’est ce qu’on cherche qu’on enseigne le mieux » et crée les Ateliers d’Ivry où amateurs et professionnels partagent une même pratique théâtrale. L’école, « le plus beau théâtre du monde » est le lieu de l’origine. En janvier 1972 a lieu le premier cours de l’Atelier.

En 1976, la ville d’Ivry réhabilite un ancien grenier à sel, rue Dereure, pour en faire un théâtre municipal, inauguré en 1980 avec Le Révizor de Gogol puis Bérénice de Racine.

En 1981, Antoine Vitez est nommé à Chaillot, où il poursuit son projet de « théâtre élitaire pour tous », puis à la Comédie Française.
A sa mort, le Théâtre d’Ivry devient Théâtre Antoine Vitez.

L’œuvre d’Antoine Vitez est liée autant à la réflexion qu’à la pratique théâtrale. La publication de ses écrits sur le théâtre porte à la connaissance du public un ensemble important de textes – notes, journaux de travail, entretiens…

 Cette aventure de la pensée est publiée en 3 volumes aux éditions P.O.L. :
    L’Ecole (le lieu de l’exercice perpétuel)
    La Scène (la pensée sur les œuvres et les acteurs)
    Le Monde (réflexions sur les institutions et le monde)

Maison Antoine Vitez : www.maisonantoinevitez.org
Association des Amis d’Antoine Vitez : www.amis-antoine-vitez.org