Théâtre des Quartiers d’Ivry

A- A+

UN DIMANCHE AU CACHOT

PATRICK CHAMOISEAU - JOSÉ PLIYA | SERGE TRANVOUEZ

25 > 31 MAI 2018 / Le Lanterneau

“ J’ai survécu dans ce cachot. J’ai survécu pour dire qu’il y a une manière non humaine d’être humain.
Qu’il subsiste de l’humain au plus profond du déshumain.”


Deux récits alternent, se chevauchent, s’interpénètrent ; deux temps, celui du présent et celui du passé de l’esclavage entrent en relation, deux jeunes filles dominent le roman, celle d’aujourd’hui, une jeune délinquante recueillie dans un centre de rééducation nommé “ la Sainte Famille ”, celle du passé, une jeune chabine, esclave sur l’Habitation où un siècle plus tard sera installé le centre. Mais un seul lieu étroit, effrayant où séjournent de manière différente l’une et l’autre, le cachot. L’une dans son désarroi existentiel s’y réfugie, l’autre y a été emprisonnée pour y mourir peut-être. Le “ Je ” narratif est à la fois l’éducateur qui vient porter secours à la jeune délinquante et l’écrivain qui construit le récit mythique évoquant la jeune esclave. Ce récit, c’est la parole de l’éducateur à la jeune délinquante. Comment nommer cette parole ? On avancerait en disant que c’est “ un conte initiatique ”. C’est une parole de vie qui traverse la mort.
Michel Pennetier


La voix de L’oubliée.
José Pliya, dans son adaptation du roman de Patrick Chamoiseau, ne conserve que la parole de “ L’ oubliée ” : la petite chabine enfermée au cachot pour avoir osé crier contre le maître.
Ce choix est symbolique et cette voix est un hommage à tous les oubliés de l’esclavage mais également à ceux d’aujourd’hui qui souffrent d’une autre forme de coercition et de négation.
Le but de notre travail est de faire entendre la voix de “ L’oubliée ”. Faire entendre la langue riche et charpentée de Patrick Chamoiseau. Cette langue qui devient aussi un outil pour se battre et sortir du cachot.
A travers l’épreuve intime de la chabine, c’est une expérience plus universelle qui se joue : transmuer le passé douloureux de la Martinique en lumière et beauté, c’est-à-dire donner sens au passé pour aller vers l’avenir. Traverser la mort pour aller vers la vie. Aller de l’obscur à la lumière.
Serge Tranvouez


Patrick Chamoiseau est auteur de romans, de contes, d’essais. Théoricien de la créolité, il a également écrit pour le théâtre et le cinéma. Le prix Goncourt lui a été décerné en 1992 pour son roman Texaco, reconnu comme l’une des œuvres antillaises majeures de la fin du XXe siècle.

José Pliya est metteur en scène et auteur dramatique. Il reçoit en 2003 le Prix du jeune théâtre André Roussin de l’Académie Française pour Le Complexe de Thénardier et l’ensemble de son œuvre. Il a publié à ce jour une douzaine de pièces publiées aux éditions l’Avant-scène théâtre.

Production Compagnie 0,10 / Tropique Atrium - Scène Nationale de la Martinique
Avec le soutien de la Drac Martinique, de ETC Caraïbes et des Plateaux Sauvages (résidence).

Durée > 1H

texte adapté
pour le théâtre
par José Pliya
d’après le roman de
Patrick Chamoiseau
mise en scène
Serge Tranvouez
lumière
et scénographie
Jean Tartaroli

avec
Laëtitia Guédon
(jeu)
Blade MC Alimbaye
(musique)

UN DIMANCHE AU CACHOT

PATRICK CHAMOISEAU - JOSÉ PLIYA | SERGE TRANVOUEZ

25 > 31 MAI 2018 / Le Lanterneau

Mai

Date Horaire Lieu
Ve 25 20:00 Le Lanterneau
Sa 26 18:00 Le Lanterneau
Di 27 16:00 Le Lanterneau
Lu 28 20:00 Le Lanterneau
Me 30 20:00 Le Lanterneau
Je 31 19:00 Le Lanterneau