Théâtre des Quartiers d’Ivry

road_vous_etes_ici
Accueil > La saison > Spectacles > FRANCOIS D’ASSISE
A- A+

FRANCOIS D’ASSISE

JOSEPH DELTEIL | ADEL HAKIM

01 > 12 DÉC 2017 / Le Lanterneau

“ La divine fonction de l’être est de servir
de nourriture à l’être-frère.
La mort n’existe pas dans la nature (la mort naturelle) :

c’est une invention humaine.
Toute bête est aliment, le spectacle se termine
par une grandiose entre-immolation.
Ce goût des créatures l’une pour l’autre,
jusqu’à la “ consommation “,
est-ce appétit ou fraternité ? ”


Une place dans l’univers
François d’Assise, contrairement à la plupart des mystiques, ne se coupe pas des réalités matérielles. Pour lui, l’ordre, le fonctionnement du monde devient objet d’explication, de révélation, de “ joie parfaite ”.
François n’est pas désengagé de la vie. Il s’y plonge pleinement. Avec sensualité et raison.
A partir du constat réaliste dépourvu d’amertume, de rancoeur ou de dénonciation – du spectacle du monde avec sa violence, ses guerres, ses maladies, son carnage universel – autant de versions de ce que l’on pourrait appeler le “ mal ”, mais que François n’appelle pas ainsi – et qui existent au même titre que l’amour, la tendresse, la jouissance, la beauté, la douceur… et Dieu – à partir donc de cette description de chaque chose, François trouve lui-même, et tout simplement, sa propre place.
Loin d’être une retraite, une tour d’ivoire ou une position d’effacement, c’est une place en harmonie avec l’univers.
La vision de François est grande et, d’après lui, chaque être porte en soi la grandeur du cosmos.
Quant aux énergies violentes de la nature et de la société, elles ne sont pas contrées.
Elles sont utilisées et transformées par François pour s’élever jusqu’à la plus grande dignité humaine. C’est précisément cette recherche de la dignité qui nous rend aujourd’hui si précieux sa parole et son esprit.
D’autant plus que Joseph Delteil, fidèle au Saint-François historique, l’inscrit dans le réel du monde contemporain.
Adel Hakim

J’ai appelé ce texte François d’Assise et non pas Saint François. Vous remarquerez que je tiens à cette nuance. Je prétends toujours que tout homme, s’il le veut, peut devenir François d’Assise, sans être saint le moins du monde. J’imagine très bien un François d’Assise laïque et même athée. Il faut un saint “ utilitaire ”, un saint qui “ ensainte ” les hommes.  
Je crois au panthéisme, à cette respiration du corps accordée à celle du cosmos, cette foi, bras écartés, aux dimensions de Grand Tout. S’unir à la nature et à la divinité, c’est accroître le sens de l’homme jusqu’à l’absolu. Se fondre et s’incorporer dans l’univers, c’est devenir soi-même l’univers.
Joseph Delteil

Robert Bouvier
Il met en scène Peepshow dans les Alpes, Saint Dom Juan, Artemisia, Une lune pour les déshérités, Cinq Hommes, Les Gloutons, Les Estivants, Doute, Les Deux gentilshommes de Vérone, Le Chant du cygne
Comédien dans des mises en scènes de Matthias Langhoff, Jean-Louis Hourdin, Irina Brook, Hervé Loichemol, Charles Tordjman, François Verret, Fabrice Melquiot, Alain Timàr, Gilles Bouillon, Laurence Mayor, Agathe Alexis, Marion Bierry et Adel Hakim avec lequel il crée en 1994 François d’Assise.
Ce spectacle n’a jamais cessé de tourner en France, en Suisse et à l’étranger. Il compte à ce jour près de 400 représentations.


Production Les Déchargeurs / Le Pôle diffusion en accord avec la Compagnie du Passage – Neuchâtel
Coproduction Théâtre Vidy-Lausanne E.T.E., Théâtre St-Gervais – Genève, Centre culturel suisse – Paris, Théâtre des Quartiers d’Ivry.
La Compagnie du Passage bénéficie du soutien du Service de la culture du Canton et de la Direction de la culture de la Ville de Neuchâtel,
ainsi que du Syndicat intercommunal du Théâtre régional de Neuchâtel.

Durée > 1H25

mise en scène
Adel Hakim
adaptation
Adel Hakim
et Robert Bouvier
scénographie
Yves Collet
en collaboration avec
Michel Bruguière
création lumières
Ludovic Buter
création son
Christoph Bollmann
assistanat à la
mise en scène
Nathalie Jeannet
direction technique
Bernard Colomb

avec
Robert Bouvier

FRANCOIS D’ASSISE

JOSEPH DELTEIL | ADEL HAKIM

01 > 12 DÉC 2017 / Le Lanterneau

Une bénédiction ! Robert Bouvier est un fieffé passeur de mots. Usant seulement de quelques accessoires, le comédien et son metteur en scène Adel Hakim font s’élever sous la voûte du théâtre un chant de la terre qui a la beauté des premiers matins, quand la langue s’ébroue, chasse les cauchemars et s’invente une poésie jubilatoire au plus près des êtres et des choses.
Odile Quirot - Le Nouvel Observateur

Robert Bouvier prête à François une naïveté d’appétit, d’allégresse, une réjouissante et presque barbare piété. L’acteur rend bien cette ivresse aux pieds nus qui vous écarquille le nez, cette frénésie de nature qui ouvre dans la prose de Delteil des abîmes parfois douloureux, toujours délicats auxquels on cède en fermant les yeux. Drôle de saint, plus enclin à jouir sans peur (des mots) qu’à s’agenouiller! Bouvier est très juste, très marmouset du Bon Dieu et assez animal quand il interpelle les moissons, quand il sanctifie son corps et s’amuse de sa propre nudité.
Frédéric Ferney - Le Figaro

Figure ronde et joufflue, Robert Bouvier surprend d’abord et fascine ensuite: il donne corps aux mots flamboyants de Joseph Delteil inventés pour François. A cette poésie concrète et terrienne qui parle de la grâce, il fallait un comédien physiquement présent tout autant qu’évanescent. Bouvier joue sur les deux tableaux, à l’aise dans une mise en scène pétillante de liberté. Un régal.
Emmanuelle Bouchey - Télérama

Il y a chez Bouvier une enfance jointe à quelque chose d’archaïque et de neuf : c’est ce mélange de paradoxes qui séduit dans ce spectacle où le saint d’Assise est homme de ce monde plus qu’homme de Dieu. Entre visible et invisible.
Laurence Liban - L’Express

Bouvier est superbe de sensualité et de force.
Jean-Luc Jeener - Figaroscope

Seul en scène, Robert Bouvier tient son public. Il a l’énergie, la volonté. Le talent aussi Il est un François d’Assise charnel, inspiré et habité. En un mot lumineux. Ce qui retient aussi notre attention, c’est l’élégante mise en scène d’Adel Hakim. Une invitation bucolique dans l’espace fermé d’un théâtre…
Dimitri Denorme - Pariscope

Un texte incandescent d’une rare actualité, magnifiquement interprété par Robert Bouvier.
Jack Dion - Marianne

Un grand souffle, frais et contagieux.
Le Journal du Dimanche

Bouvier joue avec bonheur et une intensité remarquable sur les registres les plus divers. Une soirée riche et enrichissante.
André Laforgue - Le Parisien

Un comédien incarné, transcendant le poème de Delteil, vigoureusement mis en scène.
Didier Méreuze - La Croix

Une mise en scène vive, enlevée et lumineuse pour un grand acteur qui atteint là le degré de perfection. Un triomphe mérité.
Isabelle Spaak - Panorama du Médecin

C’est beau et puissant. Dans un décor austère transfiguré parfois par des surgissements d’objets simples et beaux, Robert Bouvier a cherché à comprendre, par-delà le François de Delteil, le François de l’histoire. Sans mièvrerie, sans sentimentalisme trop sucré. Il y a là une virilité de bon aloi, quelque chose comme l’éclat douloureux de la jeunesse. Une proposition théâtrale grave et intelligente.
Le Quotidien de Paris

Un moment de bonheur simple et intense.
Jean-Pierre Han - Témoignage chrétien

Bouvier campe un François d’Assise inattendu, lui prête sa voix si particulière pour accompagner la poésie du texte, magistralement mis en scène par Adel Hakim. C’est beau, tout simplement.
François Varlin - La Vie

Une Volupté mal placée, un amour gitan de Dieu, une gourmandise impétueuse, Bouvier est plus près de Pasolini que de Giotto. Un bonheur.
Gilles Costaz - Scènes Magazine

FRANCOIS D’ASSISE

JOSEPH DELTEIL | ADEL HAKIM

01 > 12 DÉC 2017 / Le Lanterneau

Décembre

Date Horaire Lieu
Ve 01 20:00 Le Lanterneau
Sa 02 18:00 Le Lanterneau
Di 03 16:00 Le Lanterneau
Lu 04 20:00 Le Lanterneau
Ma 05 20:00 Le Lanterneau
Je 07 19:00 Le Lanterneau
Ve 08 20:00 Le Lanterneau
Sa 09 18:00 Le Lanterneau
Di 10 16:00 Le Lanterneau
Lu 11 20:00 Le Lanterneau
Ma 12 20:00 Le Lanterneau